Un repas pas comme les autres….

La vie est simple, c’est nous qui la compliquons.

Çà c’est ce que je retiens d’une invitation de laquelle je reviens à l’instant. 🙂

En effet, à quelques heures de la fameuse pause djiboutienne. Fameuse, car durant 4h de temps, de 12h30 à 16h30 (si si, histoire vraie), nous avons eu la surprise de nous faire inviter à un repas de mariage. Et pour une surprise, c’en était une. Quand on sait que pour le fameux 5 jours fériés, personne ne nous a invité pour le mouton (oui j’accepte je suis rancunier), je me suis tout de suite demandé où était le piège…

A 12h30, voilà le chauffeur qui se pointe et nous dit qu’il est l’heure de partir…

Moi: Euhhhh le repas du mariage ce n’est pas le soir?!!

Lui: Non c’est maintenant

Moi: Depuis quand on se marie à midi?!!!

Un collègue Djiboutien: Le mariage c’est demain, mais dans la culture, la veille ou le lendemain du mariage, le marié invite les gens manger

Moi: Ok. Mais ça ne me dit toujours pas pour quoi on fait ça à midi et non le soir (bon ça c’était dans le cœur), parce qu’en fait je n’ai rien dit et en plus j’avais même faim. Et je comptais rentrer à la maison à midi, donc tout compte fait, ce n’était pas plus mal. Au moins au lieu du riz, j’allais pouvoir manger quel que chose de plus hype, voir manger un vrai plat Djiboutien, peut être même une recette de chez grand mère. 🙂

Frank, mon collègue camerounais et moi, on décide donc d’y aller, Christophe lui a choisi de rester bosser. Du moins officiellement, parce que maintenant que je l’écris, je pense plutôt qu’il avait flairé le piège. Bref on se dirige vers notre voiture qui pour l’occasion était pleine. Jusque là rien de réellement anormal, nous étions 7, 5 dans le véhicule et les 2 autres sont montés à l’arrière. Le véhicule démarre, et quelques mètres plus tard, je me rends compte que nous ne sommes qu’un véhicule dans un cortège de 6 autres, tout aussi plein.

Moi: Mais je dis hein! Le gars a seulement invité tout le pays?

Frank: Non il a seulement invité toute la société, c’est à peine 60 personnes

Moi:…..

Moi: Et je suppose qu’il n’a pas invité seulement les gens de la société. Pour un simple repas d’avant mariage, il invite tout le pays, il va les nourrir comment?

Moi (dans le cœur): Si c’est facile comme ça, moi même à mon mariage là, je peux amener les gens à Djibouti hein… Je vais un peu proposer ça à ma chérie coco*

A peu près 10 minutes après notre départ, nous quittions la route principale pour entrer dans le quartier. Il ne fallait pas être sorcier pour se rendre compte que nous étions dans le Djibouti d’en bas. Ce qui m’intriguait encore plus. Nous avons demandé le nom du quartier, « Jamel » (comme Jamel Debbouze) nous a t’on répondu. Nous arrivâmes enfin au lieu de l’invitation. Devant la maison, il y’avait même une bagarre net comme à Newbell, juste là où vous voyez le taxi çi (je ne pouvais pas filmer pendant la bagarre).

Image

Ouverture du portail…

Moi: ?!

Moi: …………………

Pour voir les invités, il fallait baisser la tête, pour cause, tout le monde était assis au sol… Par groupe de 8 à 10 personnes, les gens étaient réunis autour de plateaux de riz sauté (on aurait dit du riz senegalais) et mangeaient avec les mains. Nous devions enlever les chaussures pour entrer dans la maison. L’espace étant complètement occupé, on nous a installé dans une chambre. Nous y sommes restés quelques minutes, puis on nous a finalement déplacé (sûrement parce que Frank et moi étions là) vers une maison voisine. Dans,  la cour, on a donné à chacun un coussin ou un oreiller (privilège des privilèges quand on sait que les autres étaient assis au sol) à poser au sol pour s’asseoir. On a formé 3 groupes de 6/8 personnes, et pan! Un plateau de riz pour chaque groupe, avec de petits bols de sauce. Nous en avons eu 2 quand même (C’est aussi ça l’avantage d’être étranger….lol).

Frank et moi regardions histoire de voir comment ça se passe pour le coup d’envoi… Sans aucune forme de protocole, les gens se sont mis à manger…

Moi: ……………….

Moi (dans le cœur): Les gens ci commencent tous à manger comme ça, ils sont sûrs qu’ils ont tous lavé les mains?

ImageBon savoir s’adapter aux autres cultures, ça fait partie des aptitudes qu’il faut avoir quand on est un voyageur, sinon, les gens vous mettent en quarantaine. Et si ça se trouve c’était peut être le test qu’on voulait nous faire passer pour voir si on était éligible à d’autres invitations! La position assise à ras le sol étant inconfortable, je me suis mis à genoux, puis j’ai délimité une frontière sur le plateau devant moi, et à côté de Frank, avec pour ligne de conduite « si quelqu’un met sa main là bas, je me déclare rassasié une fois ». Une femme est venue avec une assiette avec de gros morceaux de viandes et en a dispatché  2 par plat plateau.

Nous en avons reçu 2 et pourtant nous étions 5 autour du plateau… Comme on dit chez nous, le riz c’est la viande… donc naturellement, j’ai regardé mes 4 adversaires en me demandant comment ça devait se passer pour le coup d’envoi. Pendant que je me posais la question, une autre femme est venue avec une carafe de jus d’orange (du moins je crois), et une bouteille d’oranginea. Je me suis dit, ouf, au moins quelqu’un va pouvoir pousser le riz là avec quel que chose… Ça c’est que je croyais… Un de mes adversaires avait déjà attaqué la viande de la main…

Moi:…. (Bon à l’heure ci, plus rien ne me surprenait vraiment)

En fait même la viande c’était le partage, tu prends de la main, tu retires une partie tu manges, et tu laisses l’autre et si tu en as envie tu viens continuer ou tu attaques un autre morceau de viande…(Elie, tu as ta réponse). Le dernier peut même lécher les os là… Bon d’office, j’étais éliminé dans le « mangement » de la viande… Vous même vous pouvez deviner pour quoi. Il ne me restait plus qu’à attendre les gobelets pour boire au moins. Ces gobelets, au moment j’écris je les attends encore. Pour cause, un autre adversaire a pris la carafe et a bu directement dedans!

Moi: !!!!?!!!!!!!!!!!!!! (il faut oublier ce que j’ai dit plus haut)

ImageCa m’a rappelé mes années universitaires où certains gars crahaient express dans leurs plains-oeuf juste pour décourager les autres.

Je n’ai pas encore fini de « wanda » qu’un autre a fait de même avec la bouteille, et à peine ils ont déposé, d’autres ont repris pour continuer… Je suis seulement aller laver mes mains tranquillement.

C’est aussi ça la culture, quel que chose qui nous parait absolument ouf chez nous, est plutôt normal ailleurs. Ceci dit, au delà de tout, l’ambiance était bonne, les gens mangeaient avec appétit et étaient vraiment contents. Naturellement, si tu invites les gens, que tu as un seul menu, une seule boisson, que tu n’as pas besoin de cuillères, de fourchettes, de couteaux, de plats, de verres, de chaises, de tables, de bâches… dans des conditions pareilles, tu peux facilement inviter 150 personnes sans stresser. Et en plus ils sont contents!!!! J’ai pensé à tous mes amis camerounais, compliqués à mort qui sont toujours mécontents, et qui râlent à tout bout de champ… Tsuip! C’est décidé, je me marierais à Djibouti!*

C’est là que je me suis dit que la vie était vraiment simple, si on choisit de la compliquer, elle ne peut qu’être compliquée. Au delà de tout, c’est aussi ce côté de Djibouti que nous voulions voir, le vrai Djibouti! Pas celui du Kempinski, pas celui de la chaumière et autre… En gros une expérience plaisante, mais que je ne suis pas sûr de renouveler. 🙂

Image

Un autre collègue Djiboutien a promis de nous inviter à un mariage du Djibouti d’en haut, celui d’un proche de la famille présidentielle, vivement que je puisse comparer…. 🙂

PS

* Je lui ai demandé et voici sa réponse: « Ptdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr »

Allez ça ne coûtait rien d’essayer, après tout qui ne tente rien n’a rien…

Publicités

12 commentaires

  1. Pays differents cultures differentes..on croit tjours avoir pire chez soi…voila un exemple..en tt cas vous en avez eu du courage pour manger comme ça moi je ne suis pas sure que je l’aurais fait…jattends le tome 2 le mariage de la haute societe quoi..

    J'aime

  2. C’est le riz du mariage d’autrui que tu appelles « riz sauté » ? Nous on est sereins. On attend ta part. Et ne viens surtout pas nous présenter ça sur le menu genre « Riz à la djiboutienne »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s