Inspiré par Sylvia

Je me souviens des jours de rentrée… On était toujours curieux de savoir à quoi allaient ressembler nos nouveaux camarades de jeu… ou de drague! Krkrkrkr ! Au boulot, c’est le genre de question que tu ne te poses que lorsque tu commences (justement) un nouveau boulot! S’il est vrai qu’on passe une bonne partie de notre vie près ou proche de notre famille, il est tout aussi vrai, qu’on passe parfois une plus longue partie avec nos collègues. Oui, ceux-là même que nous sommes nombreux à ne pas avoir choisi, ceux-là même qui pour la plupart nous sont imposés par le destin. Même si le destin dans ce cas-ci a un visage ; celui de notre manager,  de notre directeur général ou de notre responsable RH. Quoi qu’il en soit, notre malheur ou notre bonheur, ne vient pas de loin!

Les collègues, on les voit parfois même plus que notre propre partenaire ou nos propres enfants. C’est vrai que je ne bosse pas depuis longtemps (6 ans seulement) et qu’en plus là où je travaille, je n’ai en fait jamais eu beaucoup de collègues (l’avantage ou l’inconvénient de travailler dans une TPE*), mais par contre du fait de mon boulot de nomade, j’ai pu compléter mon expérience personnelle par celles des autres. C’est ainsi que j’en suis arrivé à la conclusion qu’il y’avait 5 principaux types de relations professionnelles en entreprise.

1- Le « Oui, Chef ! Non, Chef ! »

Hihihihi ! Vous l’avez sûrement deviné, ça c’est la relation avec laquelle on doit presque tous faire, en gardant bien à l’esprit les règles à ne jamais enfreindre sur le chef. patronEn général le seul moyen d’y échapper c’est devenir chef, et si vous voulez y échappez définitivement, vous devez devenir soit votre propre chef, soit le grand chef ! Selon l’attitude de notre chef, on pourra l’aimer ou ne pas l’aimer, mais ça on le gardera toujours pour nous, histoire de ne pas courir le risque de se faire éjecter de la chefferie. Quand on sait comment le travail est dur dehors, autant mieux ne pas prendre de risques !

2- Le «Cool »

On a tous un ou plusieurs collègues qu’on aime bien. Le mec ou la meuf toujours sympa avec qui on cause de tout et de rien. Souvent la relation déborde le cadre professionnel pour devenir une véritable amitié. Alors 3 hypothèses ; soit c’est quelqu’un avec qui on subit régulièrement les oppressions du chef, soit c’est quelqu’un avec qui on partage le même espace (même bureau, même table, etc.) à longueur de journée, soit tout simplement c’est quelqu’un avec qui on a un bon feeling et avec qui on aurait été ami même si on s’était rencontré dans un cadre autre que l’entreprise.

3- Le « Tsuip »

enerveOui il y’a ce collègue-là qui nous fait toujours piaffer dans le cœur. Dans la majorité des cas c’est un collègue qui intervient en amont ou en aval dans le flux d’informations qu’on traite et qui nous énerve parce qu’on le trouve peu réactif ou peu efficace. Bref ce collègue-là qui ne fait rien pour nous faciliter notre boulot. Dans d’autres cas et c’est surtout pour les femmes, c’est un collègue qui nous drague alors qu’on essaie de lui faire comprendre par tous les signaux possibles (regard sévère, aucun sourire aux blagues, réponses sèches et courtes genre oui ou non) que même s’il était le seul homme sur terre, pour rien au monde, on ne sortirait ne partagerait même une simple bouteille d’eau glacée avec lui.

4- Le « Hum »

En entreprise il y’a un mythe, une mythologie, que dis-je, une légende qui veut qu’on ne sorte pas entre collègues. Même si la réalité est toute autre! Dans chaque société, il y’a toujours au moins 1 ou 2 couples officiels, imaginez donc le nombre de « back-back ». Mais en général, si vous draguez une collègue et que vous ne lui plaisez pas (j’insiste bien dessus), vous aurez droit au fameux « Je ne sors pas avec les collègues ». Elle vous expliquera même (comme si ça allait vous consoler) que ça ne date pas de maintenant et que déjà à la maternelle, elle opposait un non catégorique aux garçons qui voulaient jouer avec elle dans la cour de recré. N’empêche, qu’on se déclare ou pas, on a toujours ce/cette collègue qu’on regarde en se disant que dans un autre monde, une autre planète, ou tout simplement hors du bureau, on n’aurait pas hésiter à faire des avances. D’ailleurs, ça n’empêche jamais de s’essayer en invitations diverses pour pouvoir justement se retrouver hors du bureau : « J’adore The Blacklist ! Ah bon ?!! J’ai toute la saison 1 ! Attends je te donne mon disque dur tu me copies ça Stp. Non c’est à  la maison, mais si tu es chez toi samedi, je peux t’apporter ça…». C’est les techniques d’approche que tu veux voir ?

5- Le « Fantôme »

Il n’y a pas pire que l’adversaire invisible. 4411-1-fr-mediumCelui-là même qu’on ne voit pas et qui pourtant nous fait mal, nous fait sentir qu’il est là. Vous sortez du bureau 5/10 min pour gérer une urgence personnelle, à votre retour, votre boss vous attend pour vous demander des comptes. Vous laissez votre ordi perso au bureau en rentrant le soir, quand vous revenez le matin, disparu. Vous n’avez encore rien fait sur un dossier important, et comme par hasard votre boss est au courant….  Malheureusement, la concurrence dans le milieu professionnel n’est pas toujours saine et il ne faut jamais sous-estimer ce que vos « adversaires » sont prêts à faire pour vous voir couler.

Bien entendu plus la nature de vos relations est « Cool » avec vos collègues, plus vous êtes épanouis au boulot, voir efficace ! Mais voilà, c’est loin d’être toujours le cas… Parfois vous pensez commencer un nouveau boulot, alors que vous ne faites qu’entrer dans une jungle, parce que croyez moi, les collègues ça peut vous pourrir la vie autant d’un point de vue professionnel, que d’un point de vue personnel…

* Très Petite Entreprise
Publicités

16 commentaires

  1. ah çà!!!!! merci Chris, mon « HUM » a moi… (Denise pardon laisse la hache la par terre on ne peut plus blaguer?).
    Vivre ces relations, c acquérir l’expérience professionnelle. ça ne figurera jamais en noir sur blanc dans un CV, mais c’est ça la véritable expérience professionnelle; le reste, comme disait mon ancienne boss, c des taches répétitives qu’il faut veiller à clôturer.
    j’ai eu la chance de vivre toutes ces relations, et spécialement la dernière tout récemment… et je sais maintenant comment gérer toutes les relations (expérience professionnelle), sauf la dernière…tsiup. Merci Chris, super de ta part.
    Mais t’aurais pas un astuce pour détecter les fantômes et leur faire hara-kiri?

    Aimé par 1 personne

    1. hahahaha!! Elie, toi tu une race à part, quand vous serez plus nombreux… Ceci dit j’essayais de me focaliser pas essentiellement sur les types de collègues, mais surtout sur les relations qu’on a avec eux… Trouver un titre à cet article pour l’exprimer, c’était pas évident :p

      J'aime

Un Commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s