Awoula Awoula! Awoulaaaaaaaaaaaa !!!! Histoire !!! Raconte !


Il était une fois, dans un village très lointain du nom de Afoussam, une famille très modeste du nom de Amgang. Papa et maman Amgang s’y étaient rencontrés et mariés. De leur union naquit le petit Choupe.

conteur(1) Choupe n’était pas en un enfant comme les autres. Du moins c’est ce que j’aurais aimé vous dire. Mais en fait, ce n’était pas le cas. C’était un enfant tout ce qu’il y’a de plus ordinaire. D’ailleurs quand les anciens le regardaient, ils ne lui trouvaient rien de spécial. Ils ne voyaient pas en lui l’élu, le sauveur tant attendu, celui qui viendrait redonner au village sa grandeur d’antan. Ils lui préféraient le jeune Ogoup. Ogoup était vif et agile, rusé et intelligent. Avec sa peau claire, on aurait dit que les ancêtres avaient voulu le différencier des autres enfants afin que les anciens puissent le reconnaître facilement le moment venu.

La vie à Afoussam était dure, très. Papa et maman Amgang avaient beau travailler la terre à longueur de journées, les maigres récoltes ne permettaient pas à la petite famille de vivre. Celle-ci décida donc, comme beaucoup d’autres familles en quête d’une vie meilleure, de partir à Ouala, un village côtier qui se trouvait à 5 jours de marche.

A Ouala, le petit Choupe continua à grandir comme tous les enfants de son âge. Seuls ses parents (comme tous les parents du monde) lui trouvaient quelque chose de particulier. Ils l’inscrivirent dans une école catholique ouverte par des missionnaires allemands. S’il ne vivait pas dans les mêmes conditions que certains de ses petits camarades aux parents beaucoup plus aisés, il était tout de même heureux de pouvoir aller à l’école. Il faut dire qu’à Ouala, tout le monde n’avait pas cette chance. En général, les enfants, étaient destinés à faire la même chose que leurs parents : chasse, pêche ou élevage. D’ailleurs quand venaient les vacances, Choupe aidait de temps en temps sa maman au champ ou alors son papa au marché. C’est ainsi qu’il remarqua ce groupe d’enfants qui arrivait souvent à la tombée de la nuit dans l’espoir de récupérer les restes de vivre pourris et abandonnés par les commerçants. On les appelait les enfants du marché.

(2) Cette situation intrigua fortement Choupe qui un soir, finit par poser la question à son papa :

  • Dis Papa, pour quoi appelle t’ont ces enfants, les enfants du marché?
  • C’est parce qu’ils n’ont pas de parents et qu’ils se nourrissent au marché répondit le Papa surpris par la question..
  • Mais Papa ce sont des vivres pourries! Maman et toi m’avez dit que quand un repas est pourri, je ne dois pas le manger sinon j’aurai mal au ventre…
  • C’est vrai mon fils, mais c’est parce qu’ils n’ont pas le choix
  • Mais pour quoi n’ont’ils pas le choix? (Les yeux écarquillés) N’auront’ils pas mal au ventre?

Le Papa exaspéré, répondit ce que répondent tous les pères quand ils n’ont pas de réponse :

  • Je suis en train de travailler mon garçon, demande à ta maman.

Pas découragé par la réponse de son père, Choupe se rua à la cuisine où sa mère préparait le repas du lendemain :

  • Maman ! J’ai demandé à Papa pour quoi les enfants du marché sont obligé de manger les vivres pourris, il a dit que je vienne te demander…kirikou_marmite

La maman, tout aussi surprise que le papa lui répondit aussi sincèrement qu’elle le pu:

  • Je ne sais pas mon enfant, c’est juste comme ça.

(3) La nuit Choupe ne trouva pas le sommeil, il réfléchissait.

(4) Quelques jours plus tard, alors qu’il se rendait à l’école avec Houchou, une voisine avec qui il faisait souvent le chemin de l’école, il entreprit de partager avec elle, l’idée qu’il avait eu:

  • Houchou, j’ai pensé à un truc.
  • Depuis quand tu penses toi ? Lui retorqua Houchou d’un air amusé. 🙂
  • Tu sais que les enfants du marché se nourrissent avec des vivres pourries?
  • Oui bien sûr que je le sais. Ma maman dit que c’est les ancêtres qui en ont décidé ainsi.
  • Et si nous gardions une partie de notre goûter pour le leur donner? Ça les empêcherait d’avoir mal au ventre non?
  • Houchou étonnée: Pour quoi pas? C’est une bonne idée, mais avec mes trois doigts de bananes et tes deux mais, on ne pourra pas grand chose, ils sont nombreux quand même.
  • Et si on demandait aux autres d’en faire pareil? suggéra Choupe
  • Ça pourrait marcher! S’exclama Houchou.
  • A la récréation on va leur demander!
  • Mais comment ferons nous pour tous les rassembler? Demanda Houchou. Ils ne nous écouterons jamais.
  • Nous n’aurons qu’à leur dire que c’est pour leur parler d’une fête! 🙂

Une fois arrivé à l’école, Choupe et Houchou informèrent leurs camarades de leur intention de leur parler d’une fête à venir dans le village et lorsque vint la récréation ils étaient tous là, impatients de savoir de quoi il s’agissait. Il faut dire que tous gardaient un très bon souvenir de la dernière grande fête organisée à l’organisation de la circoncision de Ikanda et étaient forcément pressés de revivre quelque chose de semblable.

1.preview(5) Tous les élèves s’étaient rassemblés dans la cour de l’école autour de Choupe qui prit la parole:

  • Merci d’être venu, je souhaite que nous organisions une fête pour les enfants du marché

Murmures et grognements

  • Hein? Quoi? C’est qui les enfants du marché? Organiser une fête comment?

Choupe ne se laissa pas démonter:

  • Au marché, il y’a des enfants qui passent chaque soir ramasser des vivres pourries pour se nourrir. Je me suis dit que chacun d’entre nous pouvait chaque jour partager avec eux une partie de son goûter…

On entendit au loin la petite voix de Laudia s’écrier:

  • Donc ce n’est pas la fête? Elle se leva et sortit, suivie entre autres de Adia, Orinne, Rnaud et Ichel Ange.

Choupe continua tout de même:

  • Je ne vous demande pas de le faire forcément tout le temps, si vous voulez je passerai voir chacun d’entre vous pour ceux qui auront quelque chose à donner.

(6) Les réactions furent plus positives cette fois. Dès le lendemain Choupe commença à voir ses camarades. Le premier jour seulement trois d’entre eux partagèrent une partie de leur goûter : un peu d’arachides et une goyave. Il y ajouta les 2 maïs bouillis que sa maman lui avait donné le matin et qu’il avait décidé de ne pas manger. Houchou avait pris un peu plus de bananes que d’habitude à la maison et à la fin de l’école, ils s’empressèrent de se rendre au marché pour partager leur butin avec les enfants. Ce n’était pas grand chose, mais ils étaient contents. Les premières semaines furent difficiles, mais au fil du temps, la collecte devint de plus en plus importante et les volontaires pour accompagner le petit Choupe étaient de plus en plus nombreux.

Ainsi se créa dans le village une chaîne de solidarité qui finit par porter le nom de « Amer Riends ».

(7) Moralité de l’histoire

(1) Vous n’avez pas besoin de paraître exceptionnel pour être un leader.

(2) Un leader cherche à analyser et à comprendre une situation.

(3) Un leader cherche des solutions.

(4) Un leader prend en compte les suggestions des autres. 

(5) Un leader prend et assume ses responsabilités, il croit en ce qu’il fait.

(6) Un leader transforme ses paroles en action, il persévère, motive les autres et surtout il montre l’exemple.

(7) Un bon leader explique de façon simple et amusante ce que les autres veulent comprendre. Krkrkrkr

leadersheep-leader

A partir du moment où les autres sont prêts à vous suivre alors, vous êtes un leader! Vous n’avez pas forcément besoin de vous appeler Bill Gates ou Christian Tchoupi pour ça. 🙂

Si après ça vous n’avez pas compris ce que c’est ou comment devenir un bon leader, alors il faut aller vous laver à Afoussam! lol


Pour une fois, j’ai choisi de terminer par le début. Vous l’aurez compris, le thème de ce 2e épisode de la saison 2 du blog contest, porte sur les clés du leadership. J’avoue que personnellement j’ai pas vraiment aimé le thème, que je ne trouve pas assez TBC… Ça ressemble plus à un sujet de cours de gestion qu’autre chose. Mais bon vu qu’on est obligé d’écrire…

Naturellement je tiens à rappeler que les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. 🙂 Krkrkrkr


N’oubliez pas que c’est #theblogcontest, donc faites un tour sur les blogs d’ArmelleElie  et de nos 3 nouveaux challengers William, Elsa, et Agnes pour découvrir leurs textes sur le thème de ce mois! 

N’oubliez pas également de rejoindre le forum pour plus d’interactions avec l’ensemble de la communauté.

Thx d’avance!! 😉

Publicités

33 commentaires

  1. Ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah à la tu m’as bleuffé ah ah ah ah ah ah ah ah bravo bravo je demandais de l’originalité la je suis servi… franchement bravo. ..tu écoute un peu trop ce que je te dis hein….tu es un As sur ce coup. .sa va être dur au autre de ssurpasser. ..

    Aimé par 1 personne

  2. Je te donne les mains Tchoupi! J’ajouterai juste: un leader n’a pas besoin de savoir qu’il est un leader. Il agit juste et les autres suivent!
    Quand je lis la moralité de ton histoire là je vois que je ne serai jamais leader deh… Anyway, il n’est pas encore trop tard!
    Merci gars

    Aimé par 1 personne

    1. Hahahaha!!! Merci pour l’ajout!!! La moralité de mon histoire c’est justement que tout le monde peut être leader hein! Ca demande seulement de souffrir un peu plus que les autres, mais après là, ça roule comme on dit souvent!

      J'aime

  3. AHAHAHAHAAHHA JSUIS AU SOL, tchoupi , jai pas encore lu le tout je suis juste a l’intro mais je suis deja morte de rire tellement jai envie de continuer

    « OGOUP’ c koi ce nom ahahahahah
    bon allez je retourne lire

    J'aime

  4. ok, là jai fini, bravo, chapeau! non seulement hyper drol l’ introduction c’est a dire captivante, mais en plus ouufff… ke dire, tu devrais vraiment ecrire tchoupi et je suis sérieuse.
    bon toutefois je peux completer ta liste en disant qu’un leader crée un sentiment d appartenance et Fait confiance.
    je pense que je dois sauf ke me laver a afoussam

    Aimé par 1 personne

  5. Hihihihi j’espère que quand je vais chercher les gens pour financer le livre là tu ne vas pas fuir hein? On vous connait ici dehors!!! En tout cas, je suis happy que tu aies pris du plaisir, c’était l’objectif 😉

    J'aime

  6. BRAVOOOOOO! Magnifique comme (presque) toujours (si je mets tjrs tu vas te vanter jusquaaaa! franchement bravo!! Tu maitrises la plume papa! J’espère pour toi que tu as vraiment l’intention de sortir un livre un de ces quatre, tu devrais franchement y songer 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Waaaa les noms des personnages et des villes de ton histoire-ci allaient me finir de rire. Ogoup hein? Yeuch! En tout cas, c’était un bon angle d’attaque. Il semble que personne n’a aimé le thème de ce mois hein. Claudia abeg ne nous fais plus ça.

    Aimé par 1 personne

  8. bon ben ça alors. Alors comme ça tu as des talents de conteurs cachés? Il faudrait des thèmes plus durs tous les jours heinnn lol. Très belle histoire, et une façon très belle et efficace d’expliquer en français facile ce terme mystérieux appelé « leadership ».

    Aimé par 1 personne

  9. superbe article et le fait d’avoir choisi de raconter comme un conte – j’aime vraiment beaucoup; ça me rappelle les soirées avec une de mes grande cousines qui inventaient toujours des contes pour nous transmettre une morale. Good job vraiment.

    Aimé par 1 personne

Un Commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s