Inspiré par Edinguette

Il y’a un peu plus d’une semaine, j’ai fait un crochet à l’apéro street!!! Orrrrrrrrrrrrrr, mon cœur a failli rester en route! Je me suis dit que si j’attrape ma fille là bas, habillée comme j’ai vu certaines filles qui n’avaient même pas 16 ans là, « c’est que » je vais la fouetter jusquaaa sa part va… Enfin, je vais dire à sa mère de la fouetter jusquaaaaaaaaaa sa part va venir! De toute façon c’est connu, les femmes sont plus fortes en « fouettage » que les hommes!

fesséeVous connaissez « Super Nanny » ou « Pascal le grand frère » ? Moi chaque fois que je regarde ça je suis choqué. Tu vois des parents qui n’arrivent pas à gérer des enfants. Bon c’est vrai que ça nous est tous arrivés… d’être ingérables pour nos parents. Mais, arrêtez moi si je me trompe, aucun d’entre nous n’avait plus de 14 ans! Bon sauf certaines extrémistes qu’on ne citera pas (Edinguette, Chouchette, MarieLaurette, Claudiaette, Fernandaediette…), enfin vous voyez un peu le genre d’enfants… Et tout ça pour quoi? Parce que ces parents pour la plupart n’ont pas (eu) recours à la fessée! Mais franchement est’il vraiment possible d’élever un enfant dans le monde d’aujourd’hui de sa naissance jusqu’à ses 12 ans sans au moins une fois lui donner une fessée mémorable? Vous même dites moi? Dans les séries tv pour ado (celles de Disney channel notamment), on essaie volontairement ou inconsciemment de nous vendre un modèle où parents et enfants sont amis. D’accord, mais jusqu’à quel point? Est ce qu’à notre époque là tu pouvais voir un enfant parler n’importe comment à ses parents? Que ça a commencé par où? Tsuip! Alors quand tu vois une maman qui pique une crise parce qu’elle n’arrive pas à gérer un garçon de 3 ans ou une fille de 6 ans, tu te demandes : *哪里是世界?  (Oui tu es tellement dépassé que tu te le demandes en chinois!).

Tu es avec ton ami qui s’appelle Patou, mais comme par hasard, le jour là tu entends sa mère l’appeler « Ayissi« .

Pourtant quand j’étais enfant, tout le monde savait toujours comment ça commençait. Tu es avec ton ami qui s’appelle Patou, mais comme par hasard, le jour là tu entends sa mère l’appeler « Ayissi« . Moi ma part c’était « Tchoupeeeeee« . Dès que ce mot sortait de la bouche de la mataire (et c’était toujours la mataire), je comprenais directement ce qui m’attendait. C’était comme un code universel que tes amis comprenaient aussi. Net net à ce moment chacun commençait seulement à te dire au revoir, mais là tu sentais que ce n’était pas le au revoir habituel des autres jours genre « A demain ». C’était un au revoir qui sonnait  plus comme un « Courage mon gars », ou un « Assia ». Pour d’autres tu avais même l’impression que ça voulait dire « Adieu ». Il y’avait quand même quelques pragmatiques qui gardaient les pieds sur terre: « Gars est ce que tu peux laisser ton ballon avant de partir? ». #Wanda. Bref toi même tu sentais que tu étais mort en guerre (au sens propre du terme). Quoi qu’il en soit, au fil des années, moi j’ai travaillé mes réflexes:

1- Sois je savais déjà ce que j’avais fait et donc l’étape 2 était déjà faite, sois je ne savais pas encore ce que j’avais et je passais rapidement à l’étape 2;

2- A défaut de pouvoir mettre un casque pour me protéger le visage, je mettais rapidement un pull ou un blouson (ce n’était pas nécessaire de doubler les shorts, parce que vous même vous connaissez les mataires, quand elles veulent vous doser là, ça part dans tous les sens);

3- Au lieu de me diriger vers là où la mataire m’avait appelé, je me dirigeais vers un terrain neutre: c’est à dire la cour ou la veranda ou le balcon, bref un endroit où elle n’aura pas de pilon, de talon, de poêle, de ceinture, de pot de fleur, etc… Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai remarqué que quand une mataire commence à te doser, tout ce qu’elle voie à portée de main elle s’en sert! Donc en procédant comme ça, je me retrouvais entrain de me faire taper juste avec des « sans confiances » qui faisaient moins mal et qui surtout ne me laissaient pas de trace sur le visage en mesure de gâter mon swag le lendemain chez les petites!

Dans ma période où j’ai reçu le plus de fessées on habitait… Aux immeubles de la Maetur à Bonamoussadi! Croyez moi pour un enfant qu’on fouette c’est la pire des situations. Imaginez le scénario. Tu as 11 ans et tu demandes à ta maman la permission de descendre (on habitait au 2e étage) jouer. Elle refuse et sort en te demandant de rester à la maison t’occuper de tes petits frères (Ed et Emery). Bien entendu têtu comme tu es… enfin attiré par l’envie de causer avec la mignonne petite voisine de l’immeuble d’en face, tu sors en laissant la consigne à Ed de surveiller Emery! Après tout elle a déjà 9 ans et est suffisamment grande pour gérer son petit frère de 5 ans qui soit dit en passant est lui même déjà un adulte! N’est ce pas tu pars taper les divers avec la voisine? Les divers de quoi même? Je ne sais pas… Il n’ y a pas le portable (il n’ y avait pas encore de Orange ou de Mtn) pour que Ed te sms (Il n’ y avait pas aussi de Whatsapp et de 3g) pour te dire que la mataire est déjà là pour que tu puisses apparaître genre tu étais juste descendu ramasser le linge en bas qui avait séché. Conséquence, subitement tu vois la voiture de la mataire et tu comprends qu’elle est déjà là. Tu te dépêches de rentrer quand même avec le linge en te disant que tu vas tenter ta chance genre tu venais de descendre. Malheureusement quand tu entres, Ed te dit que la mataire est là depuis 45 minutes… Cuiture!

Toi qui a l’habitude de crier comme un porc qu’on égorge, tu dois faire les durs .

Bien entendu la mataire ne manque pas de te taper comme le serpent, et comme vous habitez aux immeubles, tous les voisins entendent. Pire, la petite avec qui tu faisais le chaud gars te voit te faire fouetter comme un voleur de viande! Du coup toi qui a l’habitude de crier comme un porc qu’on égorge, tu dois faire les durs et ironie du sort, plus tu fais les durs, plus la mataire te fouette… tsuip! Tu fais tout pour ne pas pleurer « fort » tout ça pour que tes camarades de jeu ne se moquent pas de toi le lendemain. D’ailleurs quel lendemain? On te fouette jusqu’à tout le quartier entend et le lendemain tu pars jouer? Quel genre, tu restes à la maison même une semaine d’abord, le temps que ça sorte de l’esprit des gens.

Mais vrai de vrai, j’ai tellement de souvenirs mémorables de fessées, vous n’avez même pas idée. 9 fois sur 10 c’était la mataire. Mais les 1e fois du pataire là… Hum c’était seulement la coupe du monde… Quand je fais le bilan aujourd’hui, je pense que c’était une bonne méthode, parce que quand je vois la « têtutesse » dont j’ai fais preuve à partir de mes 15 ans, ça veut dire que si on ne m’avait pas dressé un peu plus tôt, ça allait être plus grave…

Et je dis un GRAND OUI à la fessée jusqu’à un certain âge (13/14 ans), parce que ça aide à inculquer l’une des valeurs les plus importantes qu’on devrait inculquer à un enfant et qui malheureusement est entrain de foutre le camp: le respect et plus particulièrement le respect des aînés. Passé cet âge là, il vaut mieux dialoguer parce que de toute façon, donner des coups ne servira plus à rien. 🙂

Ceci dit, j’ai dit fessée hein… Et non bastonnade, parce que vous les noirs on vous connait, vous êtes champions pour tout mélanger…


*Où va le monde?

Publicités

27 commentaires

  1. Yaaaaa Tchoupi donc ta « tetutesse » là c’est depuis l’enfance? Vrai vrai heureusement qu’on t’a bien nack étant petit hein, sinon…. Tout çà pour dire que je suis 100% d’accord avec toi!!!
    Les séries Disney là nous pourrissent les enfants didon! Ils n’arrivent pas encore à comprendre que ce qu’ils voient à la télé ce n’est pas la vraie vie du tout! Il est donc important que les parents soient assez présents pour leur remettre les idées en place et les corriger comme il se doit lorsqu’ils se trompent.
    C’est aussi vrai qu’il ne faut pas commencer trop tôt avec la fessée, sur les enfants de moins de 2 ans par exemple. çà leur renvoie un message de violence qui n’est pas du tout positif. Ils enregistrent dans leur jeune cerveau que frapper les gens est normal et bien. De plus leur mémoire étant encore volatile, ils ne se souviendront pas du tout du motif de la fessée et donc, recommenceront demain!
    A partir du moment où ils commencent à parler correctement, la fessée peut intervenir, à condition de bien lui dire pourquoi on le fouette et pourquoi il ne doit plus refaire ce qu’il a fait. Là, çà reste mieux dans son cerveau. Et il faut veiller à ce qu’il ait mal -pas trop hein!!!! loool- sinon ce sera un jeu pour lui et l’objectif n’aura pas été atteint.
    N’oublions pas enfin que ce qui marche sur Pitou ne fonctionnera pas forcément avec Poupina, donc à chaque parent d’apprendre à bien connaître ses enfants!

    Parole d’une maman d’enfants en bas âge qui n’a jamais été fouettée!!!
    Eh oui Tchoupi je vois d’ici tes gros yeux! C’est vrai j’étais une enfant modèle hein!!!

    Aimé par 1 personne

    1. LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL tu as vu juste hein!!! J’ai fait les gros yeux jusquaaaaa!!! Que toi là on ne t’a pas fouetté?!! Je vais demander à Cachou!!! Par contre après t’avoir lu et après avoir lu les commentaires sur Facebook, j’étais entrain de me dire que ce serait bien que dans 15 ans, je réécrives sur ce sujet, histoire que chacun dise finalement s’il pense que la méthode qu’il a utilisé (fouet ou non fouet) a porté ses fruits, ce serait vraiment intéressant! Bon Jacinte si dans 15 ans j’oublie, ah beg rappelle moi seulement!

      J'aime

  2. Esseuh toi même tu ne vois pas alors que la petite bastonnade là n’a pas soigné ta têtutesse? Pour ma part, on m’a rossé correctement et contrairement à toi je n’étais pas têtue, je servais juste d’objet de dissuasion aux autres. On m’a francho bcp taper pour des broutilles, parce que quand je vois ce que mes frères faisaient après là, si j’avais fait la moitié je serais six pieds sous terre à cause de la baston. c’est pour ça que je suis assez d’accord avec Jacinte sur le fait qu’il faut connaitre ses gosses et savoir quel moyen utilisé en fonction du type de personnalité. Moi j’avais tellement peur de la chicote, qu’il fallait seulement me dire que tu vas me taper pour que je me mette à trembler, mais Est-ce que ça arrêtait la mater? Noo elle dosait tout ce qu’elle avait sur son passage. Le pater lui n’intervenait qu’en renfort et quand il le faisait massa comme tu dis c’était la coupe du monde. Est-ce que tout ça m’a aidé? plus ou moins? Est-ce que je vais fouetter mes gosses? ça va dépendre vraiment de la personnalité de l’enfant et de la faute…j’utiliserai toutes les méthodes de corrections possibles et garderai la fessée comme recourt ultime, il faut qu’ils en aient une peur bleue, et que l’idée meme seulement de se faire bastonner inspire tellement de crainte que le muna fera son possible pour que mama ne le fesse pas. Mais bon c’est clair que si j’ai un muna comme Tchoupi je vais revoir l’ordre des moyens de corrections heinn loooooooooooooooooooooool

    Aimé par 1 personne

  3. Tu étais têtu mais on sent que à l’heure de tes devoirs de français tu étais un enfant sage. Très bien écrit cousin. j’ai lu chaque mot.
    Je découvre ton blog et je sens que c’est que ça sera ma part de facebook (quelque chose qui fais ne pas bosser) les jours qui viennent.. Super !!!!

    Aimé par 1 personne

Un Commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s