A vrai dire, j’aurai voulu intitulé ce post « Inclusion intégrale avec la langue des signes« , mais comme vous êtes ce que vous êtes ici dehors, vous n’auriez probablement pas cliqué sur le lien!

Bon comme vous êtes déjà là, lisez alors une fois! 😁 Krkrkrkr!

Tout commence vendredi dernier aux environs de midi jour de l’explosion de la bombe au marché Mboppi. Je sortais d’un dur « mapane » (oui il y’a le mapane même à midi) à Akwa et je m’apprêtais à prendre un taxi pour Bonapriso lorsqu’un mouvement de foule a attiré mon attention!

Est ce que le rebelles ont encore peur de quelque chose dans ce pays?!

Comme je sais que vous aimez le kongossa comme tout, n’est ce pas me voilà qui décide de me sacrifier pour aller voir de quoi il retourne? Au fur et à mesure que je me rapprochais, j’ai remarqué qu’à l’avant du cortège il y’avait des enfants. Ceux qui semblaient être les plus âgés tenaient des panneaux que je n’arrivais pas à lire de dos.

Des enfants? Non, même s’il y’a des enfants ça fait quoi? 😌 Est ce que le rebelles ont encore peur de quelque chose dans ce pays?! Suivons les, pour voir comment l’affaire ci va finir! Me voilà entrain d’accélérer le pas histoire de mettre à l’avant du cortège; un (1) pour savoir ce qu’ils revendiquent et deux (2) pour avoir de meilleurs angles de vue pour les photos. 📸

En tout honnêteté, je me faisais des films, j’imaginais des trucs du genre « Free Ambazonia!« , « Popol must go!« , « Reouvrez le Cinéma le Wouri! » ou je ne sais quel autre slogan révolutionnaire. Oh que non! Vous saviez quel était le message principal de la banderole de tête? 👀 « Inclusion complète avec la langue de signes« . Hein?!! 😥😥

Langues des signes 23.jpeg

Après renseignement, il s’agissait tout simplement d’une marché organisée par le CARESOL « Collectif des Associations Régionales des Sourds du Littoral » et la délégation régionale du Ministère des Affaires Sociales dans le cadre de la Semaine Internationale des Sourds. D’ailleurs, les marcheurs se dirigeaient vers les locaux  de la dite délégation à Bonanjo.

Même pour les chants, ils chantaient en signes…

Comme vous le savez (même si vous ne le savez pas, acceptez seulement 😏), je suis assez sensible aux questions sociales. Pour le cas précis, je me suis rappelé d’une expérience qui m’avait particulièrement marqué à Brazzaville (Congo). Un dimanche, je suis allé à la messe (pour les jaloux qui vont demander si je pars aussi à la messe – MOUF! 👊) à la Paroisse Jésus Ressuscité du côté du plateau des 15 ans, pas très loin de mon lieu de résidence. Grande et belle fut ma surprise de voir qu’il y’avait toute une rangée au centre de la paroisse dédiée aux sourds et muets. Pour chaque lecture et chaque prise de paroles, quelqu’un faisait la traduction avec des signes. Même pour les chants, ils « chantaient en signes ». C’était impressionnant, et surtout, c’était la première fois que je voyais ça.

« Inclusion intégrale avec la langue des signes ». Avec ses souvenirs, ces mots ont pris tout leur sens pour moi. Si tout le monde apprenait au moins les bases du langage des signes comme on le fait pour l’anglais ou comme j’ai eu à le faire pour le Douala au collège, ce serait peut être plus intéressant. Pour quoi ne pas imaginer l’apprentissage du langage des signes comme une activité secondaire au même titre que le dessin, la danse ou le chant dans certains établissements scolaires?

Mais quand on sait que dans un pays comme le nôtre, on ne fait pas encore de traduction au journal pour les sourds et autres malentendants comme c’est le cas ailleurs… On imagine à quel point le chemin est long. Mais nous y arriverons! Nous parce qu’en fait ça peut arriver à tout le monde. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, très peu d’enfants naissent sourds. La grande majorité le devient à cause des maladies comme la méningite, le paludisme ou l’otite moyenne (ce qui aurait pu être évité avec un traitement médical adapté et prescrit à temps).

Moi qui venait pour prendre les photos/vidéos pour faire du sensationnel Longue Longuetique, je me suis retrouvé à marcher avec ce petit groupe jusqu’à Bonanjo, l’occasion de discuter avec certains enfants et de me rendre compte que certains n’étaient ni sourds, ni muets, mais qu’ils connaissaient quand même le langage des signes. Un plaisir certain de voir qu’au moins dans la génération suivante, il y’avait déjà un début de prise de conscience. 😊

Xstian Tchoupi

 

Publicités

5 commentaires

  1. Merci beaucoup. Une lecture super utile et un rappel qu’il suffit de peu pour agir autour de nous. J’ai encore raté KF ce mois-ci, le ngeme n’est pas bien. Faut que j’anticipe for next time, dès que j’ai les sous, j’envoie ma contribution une fois. Le deuxième article est alors où?

    Aimé par 1 personne

  2. mdrrr journaliste en pleine investigation oooorrrrrrrrrrrrrrrrrr… tant que tu ne pars pas dans les pays en guerre faire ça ça me va..mais vraiment ce genre de pb qui ne fait pas assez de « bruit » qui pour moi sont de vrai bataille..je constate que tu as profité de la marche la pour faire même 2 km su endomondo ahhahahahahhahaha.. bel article de remise en question.. thx

    Aimé par 1 personne

Un Commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s