Avoir le cœur…

Expression: Avoir le cœur.

Définition: Être courageux.

Au Cameroun, « avoir le cœur » ne veut pas forcément dire qu’on a bravé une rivière remplie de crocodiles ou qu’on a réussi à terrasser un lion rencontré dans une forêt. Non, ça se résume parfois à des choses plus simples. Voici mon histoire…

A l’époque, je venais d’avoir mon BAC et j’avais choisi de passer mes vacances à Yaoundé histoire de préparer plus facilement ma rentrée à l’Université Catholique. Et c’est donc à Biyem Assi, pas très loin de la maison de mon oncle où je restais que j’avais rencontré mon nouveau crush! Et comme vous le savez déjà, moi je sais faire preuve de zèle dès que je suis dans une relation!

Ses parents faisaient partie de la classe moyenne. Ils s’étaient plutôt pas mal débrouillés dans la vie. Leur maison se trouvait à deux pas de la route. Un R+1 avec au rez de chaussée une boutique et un parking et à l’étage la résidence principale. Forcément comme tout jeune de cet âge, n’ayant pas son « chez soi », se voir n’était pas toujours la chose la plus évidente.

Heureusement pour moi, ses parents n’étaient pas souvent là. Donc on passait du temps ensemble! Dès que j’avais fini avec les tâches ménagères chez mon oncle. Je courrais directement là bas. Comme il n’y avait pas moyen de se contacter. En général, je faisais le gars qui passe devant la boutique. Et en passant je lançais les longs yeux, histoire de repérer qui s’y trouvait. Si c’était un de ses parents je continuais mon chemin comme si de rien n’était mais si c’était elle ou une de ses sœurs, j’étais en mode Youpiiiiiiiiiiii!!! Libérééééé!!!! Sauvééééé!!! Mais voilà, les choses n’étaient pas toujours aussi simples. Parfois il fallait faire plusieurs tours et parfois il fallait abandonner et rentrer bredouille. Vraiment, béni soit celui qui a inventé le téléphone portable! Les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent même pas savoir à quel point ça facilite la drague la vie.

Ceci dit, à certains moments, la passion l’emportait sur la raison et malgré la présence des parents, on voulait quand même rester ensemble.

C’est ce qui est arrivé ce jour là. C’était une de ces longues journées comme on les aime. Une journée où on avait causé de tout et de rien, et où on était bien content d’être ensemble. Mais voilà, il était déjà 21h et les parents de mon crush étaient déjà rentrés, donc il fallait qu’elle monte chez elle. C’est là que le film chinois a commencé:

  • Allons dans ma chambre (oui elle avait sa chambre)
  • Mais tes parents sont là!!!
  • Oui mais, d’ici maximum 22h ils vont se coucher

Note pour moi même: Parfois faire semblant d’aller dormir à 22h et revenir à 23h vérifier que Tchoupi Junior est vraiment seul!

  • Mais on va faire comment pour arriver dans ta chambre?

En fait pour arriver dans sa chambre il fallait longer un couloir qui passait devant le salon où ses parents étaient assis entrain de suivre le journal… Mais vous savez, si une fille te demande un truc que tu trouves dingue ou insensé, il vaut mieux accepter. Ne me demandez pas pour quoi, demandez aux filles qui sont à côté de vous. Moi tout ce que je dis, c’est acceptez seulement.

Babouches en main, je me suis retrouvé entrain de monter les escaliers qui mènent à la porte d’entrée en mode chef bandit. Elle a ouvert la porte normalement et l’a refermé. Ses parents ont entendu le bruit et ont su qu’elle était entrée. Ce qu’ils ne savaient pas c’est qu’elle n’était pas entrée seule. De l’entrée, on apercevait la porte de sa chambre, malheureusement il fallait traverser ce couloir qui pour le coup semblait interminable sans se faire voir des parents. Bien entendu je ne pouvais pas m’éterniser là où j’étais parce que si un des parents sortait du salon…

Avoir une bonne relation avec les frères et sœurs de son crush, c’est important. Très important. Toute une organisation s’est mise en place pour détourner l’attention des parents, et surtout pour réduire la visibilité au niveau du couloir pour que je puisse le traverser sans me faire prendre. Mission réussie de main de maître! Orrrrrrr la famille hein! Y’a que ça de vrai! D’ailleurs je profite pour faire un big up mes frangins Ed et Emery, qui sont des modèles du genre!

La chambre n’était pas très grande et son (très grand) lit occupait une bonne partie de la pièce. J’ai attendu et entendu mon crush qui continuait à parler avec ses parents de tout et de rien comme si de rien n’était. Elle m’a rejoint plus tard et nous avons commencé à discuter, ou plutôt à murmurer. Après tout, je ne tenais pas à ce que cette chambre devienne mon cimetière surtout après ma mésaventure de la dernière fois. Sauf que quelques minutes plus tard, l’improbable s’est produit.

Sa mère venait de toquer à sa porte. Pas moyen de se cacher sous le lit, il y’avait tout un tas de trucs en dessous et c’était impossible de se créer un espace. La penderie n’avait pas ni battant, ni rideaux. La seule option était de me mettre contre le mur. Lorsque mon crush a ouvert la porte, je me suis donc retrouvé contre le mur et derrière la porte. Les mataires ont un 9e sens qui ne trompe pas.

Je ne me rappelle plus de ce que sa mère voulait ou de quoi elle parlait. Pour moi le temps s’était arrêté. Si elle entrait, j’étais mort. Si elle poussait même seulement un peu la porte, j’étais mort. Elle allait se rendre compte qu’il y’avait quelque chose ou plutôt quelqu’un derrière la porte. J’ai arrêté ma respiration, tout en priant que rien ne fasse éternuer ou tousser. Pendant que je réfléchissais à ce que j’allais dire si on me chopait. Mon crush gérait la situation en grande maîtresse!

Note pour moi même: Ne pas faire de fille!

J’imaginais qu’au fond d’elle, elle était stressée. Elle savait qu’elle n’avait pas droit à l’erreur. Au bout d’interminables minutes, sa mère est enfin partie et mon crush a refermé la porte. Moi je n’ai pas bougé. Elle m’a dit que c’était ok que je pouvais quitter de là. J’ai refusé. Je lui ai dit que je préférais attendre encore un peu, au cas où, ce d’autant plus que la chambre où nous nous trouvions était collée à celle des parents.

Ce jour là, l’expression « avoir le cœur » a pris tout son sens. Bien entendu après une telle montée d’adrénaline, les minutes qui ont suivi ont été mémorables. N’empêche qu’au moment de partir de là vers une heure du matin, je me suis promis qu’on ne me reprendrait plus sur des plans aussi tordus… Sauf que je m’étais visiblement sous estimé…

Xstian Tchoupi

Publicités

3 Commentaires

Un Commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s