Chacun son tour chez le coiffeur

« Chacun son tour chez le coiffeur« . Voici une expression, qui pour des raisons qui m’échappent est souvent utilisée de façon péjorative, genre « comme le malheur m’a frappé/me frappe, toi aussi ça va te prendre un jour« . « Attends seulement ton tour« . Pourtant, se rendre chez le coiffeur devrait être perçu positivement, vu qu’on y va toujours pour se refaire une beauté!

Vous vous demandez sûrement pourquoi je vous parle de coiffeur et d’ailleurs même pourquoi j’en ai fait le titre de ce billet. Honnêtement moi même je ne sais pas. Parce qu’en fait j’ai envie de parler de bonheur. Peut être qu’en utilisant l’expression « chacun son tour chez le coiffeur », je veux juste dire que le bonheur de chacun arrivera? C’est un peu bancal tout ça…

Ceci dit, au lieu de crier haut et fort que le malheur frappe à la porte de tout le monde, on peut rappeler que le bonheur aussi! Moi « il y’a longtemps » que j’ai pris pour habitude de me réjouir du bonheur des autres. Dans ce monde où nous sommes nombreux à galérer et à « tirer le diable par la queue » comme dirait mon père, je pense qu’on doit toujours être content de voir quelqu’un qui s’en sort, de voir quelqu’un à qui il arrive quelque chose de bien.

Je me rappelle de l’électro choc créé lorsqu’il avait été révélé que le coiffeur de François Hollande émargeait à presque 10000 Euros bruts mensuellement, soit environ 6,5 millions de nos CFA. Une rémunération de Directeur Général. Pendant que beaucoup criaient au scandale, moi j’étais de ceux qui disaient « Wooooowwww!!!! C’est trop cooooool!« ! Parce que j’imaginais un peu la belle histoire que ça devait être pour ce père et pour sa famille. Il ne pensait sûrement pas qu’en faisant ce « petit métier », il serait en mesure de gagner autant. Et puis je disais, « soyons honnêtes, qui n’aimerait pas voir son père tailleur, en gagner autant?« . Ça nous choque probablement parce que ce n’est pas NOUS. Moi j’aurai été heureux, si mon père, ancien « banquier », reconverti en couturier, du fait des événements de la vie, avait eu « cette chance » ou « cette opportunité ». Mais voilà, nous vivons dans un monde où les « longs crayons » pour des raisons encore obscures, continuent à penser/estimer que certaines professions ne doivent pas, ne peuvent pas ou ne devraient pas avoir des revenus supérieurs aux leurs.

Je reconnais tout de même que selon les circonstances, ça peut être plus facile à dire qu’à faire. Je me rappelle qu’il y’a quelques semaines j’étais tout triste, parce qu’après une série d’entretiens, je n’avais finalement pas été sélectionné pour une opportunité de boulot qui m’intéressait pourtant. J’écris donc à mon partenaire en crime pour le lui annoncer:

  • Moi: Salo, finalement les gars là ont pris quelqu’un d’autre qui commence même dans 2 semaines
  • Lui: Voilà un gars heureux qui se balade dans Douala!

J’ai éclaté de rires, tellement je ne m’attendais pas à cette réponse. Pourtant c’était effectivement une autre manière de voir la chose. Si moi je n’ai pas été pris, ça veut dire qu’il y’a quelqu’un d’autre qui l’a été. Ça veut dire qu’il y’a quelqu’un dans Douala qui peut être cherchait aussi le boulot depuis, ou alors quelqu’un qui lui vient de connaitre une évolution dans sa carrière professionnelle. Sa famille et lui doivent sûrement être contents et c’est toujours ça de gagné. En plus ça fera un candidat « sérieux » en moins pour les autres opportunités qui se présenteront.

Moi je suis toujours content lorsque je vois une affiche annonçant que le loto ou le tiercé a fait un nouveau millionnaire. Quand je regarde les jeux TV, mon souhait est toujours que le participant gagne le maximum possible. Parce que j’imagine que comme moi il est rempli de projets et de rêves et que forcément avoir la possibilité de les réaliser le rendra heureux. Alors ce n’est peut être moi, mais c’est lui et comme chacun son tour chez le coiffeur, mon tour arrivera forcément.

Dans « Love Musik« , Youssoupha a dit, « Indignez vous pas seulement pour vous, Indignez-vous aussi pour les autres« . C’est vrai que la formulation est bizarre (il voulait peut être que ça rhyme), mais ça reste très profond. Nous ne sommes pas seuls sur cette planète. Donc ne nous réjouissons pas seulement pour nous, réjouissons nous aussi pour les autres, surtout qu’au fond, nous préférerions qu’ils fassent pareils.

Xstian Tchoupi

Publicités

13 Commentaires

Un Commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s