30 minutes pour réfléchir sur sa vie!

Je fais partie de ces personnes qui ne prennent jamais rien pour acquis. Le boulot, la santé, la vie pour moi ne sont pas des acquis. Chaque jour, je me lève conscient de la chance que j’ai d’être encore là, d’avoir un super boulot, une magnifique famille et des amis 5 étoiles. Mais je me lève aussi conscient du fait que tout ça peut s’arrêter à tout moment. Pas parce que je le vois dans des films, mais parce que je l’ai déjà vécu à travers mon père. Vous vous demandez ce que je raconte n’est ce pas? Eh bien sachez que c’est le genre de chose auquel on a le temps de penser quand on on vit une situation dont on n’est pas sûr de s’en tirer vivant… 😅

On se met à penser à tout et à rien.

Alors pour ceux qui sont perdus parce que ne me suivant pas sur les réseaux sociaux, je reprends l’histoire depuis le début.

J’ai eu « la malchance » de vivre un vol trop agité…

Au moment où je commence ces lignes je suis dans un bus de United Express en direction de Douala. J’avais pourtant un vol retour via Camair-Co mais que j’ai préféré zapper. Pour cause j’ai eu « la malchance » de vivre un vol trop agité à mon goût hier. Malchance aussi parce que ceux qui ont pris les vols suivants n’ont pas vécu la même chose…

Tout avait commencé tranquillement. J’étais en salle d’attente en plein divers avec deux (2) autres de mes collègues lorsqu’un agent Camair-Co est venu nous annoncer que le vol prévu à 6h30 qui devait nous amener sur Yaoundé aurait un petit retard et qu’il reviendrait vers nous avec plus de détails. J’avais un rdv professionnel sur Yaoundé sur 9h, mais bizarrement je n’étais pas plus contrarié que ça. Au contraire je trouvais ça bien et professionnel. Surtout que j’avais encore en souvenir le dernier vol, trois (3) semaines plus tôt, où c’est au moment du décollage que le pilote nous avait annoncé que le ciel de Yaoundé n’était pas très coopératif ces temps-ci mais qu’on irait voir si on pouvait se poser. Il avait quand même ajouter « mais ça devrait aller ». 😅

 

On avait tous fait genre « comment ça, ça devrait aller?« ! Ça n’avait pas vraiment rassuré, mais au final il avait eu raison, ça c’était bien passé. On avait pus se poser sans soucis. Bref, là je me disais. Au moins, on nous prévient avant. Donc attendons tranquillement.

Finalement l’agent Camair-Co est revenu quelques minutes plus tard:

« Bonne nouvelle, on va pouvoir aller! »

C’était effectivement… Ou plutôt ça semblait effectivement être une bonne nouvelle, surtout qu’il ne s’était pas passé 30 minutes entre ses deux (2) annonces.

Embarquement dans une ambiance bon enfant et aux environs de 07h10, nous décollions.

Pour tout vous dire, à la base, je fais partie de ces gens qui n’ont jamais l’esprit tranquille lorsqu’ils doivent prendre un avion. Une vingtaine de pays et une centaine de voyages depuis ma première expérience il y’a 11 ans… Mais toujours et encore le même stress. Un stress bien plus perceptible depuis que j’ai un fils… Habituellement la veille des voyages, je ne dors jamais, histoire d’arriver fatigué et ainsi de passer tout le vol dans le sommeil. Ça m’évite de beaucoup stresser, bien que ça n’aide pas toujours. Jusqu’à hier, ma plus grande peur c’était lors d’un vol entre Douala et Addis.

Je me suis dit ça y est, on va mourir! 😭😭😭

Nous traversions alors une zone de très sérieuses turbulences qui s’éternisait. Puis il y’a eu une brusque perte d’altitude. La peur de ma vie. Mais le coup de grâce pour moi a été la réaction d’une des hôtesses que j’observais pour essayer de me rassurer. Je me disais

« Elle, elle passe sa vie dans les avions et doit vivre ses choses tout le temps. Donc si c’est quelque chose de normal, elle ne va pas être plus pertubée que ça…« ‘ Sauf que justement elle a esquissé un geste de panique. Je me suis dit ça y est, on va mourir! 😭😭😭

Ma pauvre mère va faire un AVC lorsqu’elle va apprendre ça à la tv! 😭😭😭 Mon père vivra mal la solitude et la suivra 5 ans plus tard! 😭😭😭 Tout ça tout ça, je n’ai même pas laissé un enfant quelque part sur qui tout le monde pourra se projeter (oui à cette époque je n’avais pas encore d’enfant). Bon finalement nous n’étions pas morts… Ceux qui sont déjà entrain de rire là, laissez-moi! 💁🏾‍♂️

C’est aussi à cause de cette vie difficile dans les avions que je suis toujours particulièrement affecté par tout ce qui touche aux crashs. D’accord mourir c’est mourir et il n’y’a pas de meilleure mort; mais mourir en sachant qu’on va mourir c’est particulier. Le message d’Emiliano laissant un message à ses proches… Leur disant qu’il allait mourir et qu’il avait peur, est l’une des choses les plus glaçantes que j’ai entendue. 😞

Même s’il y’a crash je n’aurai aucune chance d’être parmi les survivants…

Emiliano Sala. J’y ai pensé hier dans le vol. A peine nous avions décollé que déjà nous étions en zone de turbulence. Je me suis dit « Eh merde« , pour une fois j’avais dormi la veille parce qu’étant donné que je faisais un aller retour, j’avais besoin d’être en forme pour bosser dans la journée. J’ai essayé de chercher le sommeil. En vain. De toute façon le cœur n’y était plus. Ma voisine par contre était sereinement entrain de lire un livre.

Ça faisait 15 minutes et nous étions toujours en zone de turbulence. J’ai commis l’erreur de jeter un coup d’œil du côté du hublot. Juste des nuages noirs et l’hélice qui tournait. Je me suis dit, que ça ce n’est pas mon jour. 🤦🏿‍♂️Parce que même s’il y’a crash je n’aurai aucune chance d’être parmi les survivants parce que cet hélice va sûrement me découper en morceaux. 😒

L’avion qui secouait beaucoup depuis le départ a eu une perte subite d’altitude…

J’ai simplement remis mes écouteurs et fermé les yeux. Je n’avais pas envie de me faire peur à moi même plus que ça. Sauf que… L’avion qui secouait beaucoup depuis le départ a eu une perte subite d’altitude… Un peu comme quand tu marches et que tu poses ton pied dans un trou que tu n’avais pas vu. Exactement ce que j’avais vécu quelques années plus tôt sur le vol d’Ethiopian. Sauf que là nous étions dans un vol Camair-co…🙄 Camair-co…😥 Camair-co…😓 Le cœur s’est mis à battre pour de vrai.

Je me suis rappelé du moment où je sortais de chez moi le matin. Il était alors 4h30. J’avais ouvert la porte de l’appartement, puis me rappelant que je n’avais pas « bisouté » mes deux (2) colocataires, je suis revenu sur mes pas. Ils dormaient tous les deux, et bizarrement je me suis dit, on ne sait jamais. Je peux partir et ne pas revenir, donc ‘bisoutons’. Donc à ce moment le souvenir de leurs deux (2) visages de voyous endormis me revenait à l’esprit.

Voilà que le pauvre va grandir sans son  » APAPA »

Merde, depuis le temps que je réfléchis à prendre une assurance vie. Voilà que si je meurs maintenant, à peine mon deuil organisé, ils devront rentrer au village. Tchoupie se mettra à l’élevage et Tchoupinet à la chasse ou à la cueillette! Ah mon fils. Voilà que le pauvre va grandir sans son  » APAPA » comme il aime souvent m’appeler. Je ne pourrais même pas lui enseigner les techniques de petitage. 😭 Tiens, j’espère que son tonton Elie n’oubliera pas cette partie de son éducation. 🤔

Nous étions toujours en zone de turbulence. La dernière fois que j’avais connu autant de turbulences c’était à l’époque où la Côte d’Ivoire traversait une crise politique. Je devais alors me rendre d’Abidjan à San Pedro. C’est le plus petit avion dans lequel je sois entré. Un « avionnet » d’environ une dizaine de places. On sentait passé le moindre vent. Par contre, ce jour ce qui m’inquiétait ce n »était pas le vent, mais un des passagers. En effet nous voyagions avec Charles Blé Goudé, très controversé, et certains de ses proches et pendant tout le trajet je me suis demandé ce qui se passerait si on décidait, pour l’atteindre, de bombarder l’avion. Nous autres ne serions que de simples dégâts collatéraux… Dont personne ou quasiment personne ne parlerait. Tiens un peu comme le pilote de l’avion d’Emiliano Sala. Bon d’accord je regarde trop de films. Mais en vrai, quand je suis éveillé dans un avion. Mon esprit peut aller très loin. 😅😅

Les pauvres allaient devoir mettre mon nom et ma photo sur le groupe WhatsApp…

7h40, l’avion continuait de trembler dans tous les sens, et ça devait faire une dizaine de minutes que j’étais en mode « Gloire soit au père… ». J’ai voulu réciter les autres prières, mais je n’y arrivais pas. D’ailleurs c’est fou comment le « Notre Père » n’est pas pratique dans ces moments. Trop long à réciter. Donc à chaque fois je commençais, je m’arrêtais, ne me rappelant même plus du texte et finalement revenant au « Gloire soit au père ». Je demandais à Papa God de donner la force à Tchoupie de continuer seule à élever notre fils et à faire de lui le gars bien qu’on veut qu’il soit ». Sur le coup je me suis dit « j’espère qu’il va grandir et continuer le projet KF Heart, le rendre international et l’étendre sur d’autres pays africains ». Au moins il continuerait un des projets chers à son père. J’ai pensé aux compères de KF, à comment les pauvres allaient devoir mettre mon nom et ma photo sur le groupe WhatsApp… Comment ils allaient réfléchir sur une façon de faire quelque chose de spécial pour une des remises en mon honneur… Aux débats et tout. J’ai pensé à mes amis. Les voilà qui allaient devoir s’organiser pour soutenir la petite famille et une fois de plus j’ai repensé à ma mère. La pauvre va faire un AVC. 😅

C’est fou toutes les promesses qu’on peut faire à Papa God quand on pense qu’on va mourir…

On rit comme ça, mais c’est fou toutes les promesses qu’on peut faire à Papa God quand on pense qu’on va mourir. Finalement la seule chose rassurante dans ce moment de trouble c’est que je me suis rendu compte que je n’avais pas grand chose à promettre au cas où je m’en sortais. Comme je l’ai dit au départ, je suis quelqu’un qui ne prend pas la vie pour acquis et cet état d’esprit conditionne depuis toujours mon attitude et mon comportement. Comme tout le monde j’ai fait plus ou moins des conneries quand j’étais un ado et je continue d’en faire de temps en temps mais bon… Donc du coup j’ai pris un seul engagement qui était le seul que je pouvais prendre. Vous voulez savoir lequel? 😁

Invitez moi boire les ices et je vous dirai! 😌

De temps en temps le commandant de bord nous rappelait d’attacher nos ceintures et de rester assis. A un moment sa cabine s’est ouverte et quelqu’un en est sorti. Sur le coup je me suis dit; « Hum, peut être c’est le pilote qui sait déjà qu’on va mourir, il a lui mis le pilotage automatique et il sort pour voir nos têtes avant d’aller mener son dernier combat 😭😭😭 ».. Mais le monsieur s’est arrêté à notre niveau (j’étais assis au 2e rang) et a essayé de rassurer ma voisine qui pour le coup avait depuis longtemps arrêté de lire et ne cessait de gesticuler à côté de moi. Il a esquissé un sourire et a continué. Franchement j’ai trouvé ça bien. J’ai trouvé ça pro. J’ai trouvé ça rassurant.

Et de toute façon normalement on ne devrait plus être loin de Yaoundé, donc à un moment, on allait bien nous annoncer la descente. Bah non! On nous a plutôt annoncé qu’il y’avait un orage et que nous passerions par le Sud du Cameroun pour rejoindre Yaoundé…😨

Ça a commencé… CA A DÉJÀ COMMENCE…😩😩 Voilà ça…😖😖 L’avion est le moyen le plus sûr mais de temps en temps il y’a des crashs. Dans l’esprit des gens, Camair-Co est une compagnie peu fiable. Nous sommes les martyres qui ont allons leur prouver qu’ils avaient raison. 😭😭😭 Alors que pour le coup jusqu’à présent, et en ce qui concerne ce vol, ils étaient quasi irréprochables. Je me suis demandé s’il ne fallait pas que je laisse quand même un petit message à Tchoupie. ☹A quoi bon? Elle ne le recevra peut être jamais vu que nous sommes en altitude. Et puis, vu ce que j’ai ressenti en écoutant le message d’Emiliano Sala, est ce que je voulais vraiment hanter son esprit et celui de mes proches avec tout ça…

Nous étions tous d’accord pour dire que le commandant de bord avait été excellent.

Quoi qu’il en soit, nous étions là entrain de faire un détour par le sud pour arriver à Yaoundé. Tout était réuni pour que ça se termine mal. J’étais dans l’avion avec mes deux (2) collègues. Ça allait être un choc terrible pour tous nos collaborateurs de perdre trois (3) de leurs compères d’un coup.

Vers 7h50, le pilote a enfin annoncé que nous entamions notre descente sur Yaoundé. Le soulagement! Rien n’était gagné vu qu’il y’avait toujours des secousses mais l’espoir venait de changer de camp. En lançant un autre coup d’œil vers le hublot, j’ai aperçu au loin la ville… 🤗

Quand nous nous sommes posés à l’aéroport de Yaoundé Nsimalen, tout le monde s’est spontanément mis à applaudir traduisant ainsi le soulagement et la peur qu’avaient ressenti chacun d’entre nous. Entre ceux qui étaient tombés dans le coma du sommeil, ceux qui avaient essayé de trouver du réconfort dans le regard des autres, chacun racontait un peu comment il avait vécu ce moment de stress. 😄

Par contre nous étions tous d’accord pour dire que le commandant de bord avait été excellent.🙏🏾 Nous avions d’ailleurs cru le remercier et le féliciter au sortie de l’avion, mais le steward, très excellent dans son rôle lui aussi, nous a expliqué que ce n’était pas lui et que le commandant était encore en cabine.

« Mais appelez le on le salue norrrr« , a lâché ma voisine.

J’étais content, soulagé, mais trop d’émotions pour moi. Ça devait être 30 minutes tranquilles entre Douala et Yaoundé, finalement ce fut 30 minutes de réflexion sur ma vie. Tant pis pour le billet retour déjà payé, le lendemain je rentrerais en bus. 🚶🏾‍♂️🚶🏾‍♂️🚶🏾‍♂️

Xstian Tchoupi


Update:

Le voyage en bus m’a finalement pris presque 8 heures de temps dont au moins 2 heures pour sortir de Yaoundé et entrer à Douala… Les transports dans ce pays c’est vraiment la galère!

Publicités

11 Commentaires

Un Commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s